Le plaidoyer

Alors qu’elle produit 70% de l’alimentation mondiale et représente l’essentiel de l’emploi dans de nombreux pays, l’agriculture familiale demeure fragilisée par la mondialisation et délaissée par les politiques qui privilégient un modèle agroindustriel, au détriment de l’environnement, de la santé, de l’emploi et des paysans ici et là-bas.

Aujourd’hui, les systèmes agricoles et alimentaires ne parviennent pas à subvenir aux besoins de tous : 850 millions de personnes souffrent de la faim, et sous l’effet du changement climatique, 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir d’insécurité alimentaire d’ici 2080.

Pour les organisations membres du réseau PAFaD, la lutte contre la faim, l’accès à une alimentation satisfaisante pour tous, et le respect de l’environnement ne peuvent se faire qu’avec un soutien aux filières agricoles et alimentaires de proximité et aux paysans des territoires de coopération. Dans un contexte général d’interdépendance Nord/Sud où les politiques agricoles et commerciales menées ici impactent fortement les paysans du monde entier, il est essentiel d’agir sur ces deux volets.

Nous demandons aux collectivités, dans le cadre de leur mandature, de prendre des engagements pour :
- Ici : construire des politiques en faveur des filières agricoles et alimentaires de proximité, qui sont les plus à même de soutenir le développement d’une agriculture durable et l’accès de tous à une alimentation satisfaisante, à travers la création et la consolidation d’emplois, le renforcement du lien social et de l’équilibre ville/campagne.
- Dans les territoires de coopération : soutenir les agricultures familiales durables à travers trois leviers prioritaires (1) la formation agricole, (2) l’appui à des programmes hydrauliques pour l’agriculture et l’élevage, et (3) le soutien aux organisations paysannes.

La note de plaidoyer

Nos articles

Depuis le mois de février, le réseau PAFaD tente d’obtenir des rendez-vous avec les nouveaux conseillers régionaux à l’agriculture et aux partenariats internationaux, afin de leur présenter nos propositions de soutien à l’agriculture familiale durable, sans succès à ce jour. 

Les premiers échos qui émanent tant des associations de soutien à l’agriculture familiale et paysanne durable dans notre région que des associations qui agissent en soutien aux paysans du Sud sont inquiétants.

Sur la coopération décentralisée

Suite à la réunion du réseau du 13 janvier, les organisations présentes, ont marqué leur vif intérêt pour poursuivre le plaidoyer, et interpeller les nouveaux élus régionaux, à l’agriculture et aux « partenariats internationaux ». Avec le changement de majorité à la région, il nous paraît plus que nécessaire de rencontrer les nouveaux élus, de leur présenter et de défendre nos propositions, afin que les agricultures familiales et paysannes durables soient soutenues par notre Région.

Depuis octobre 2015, trente organisations de solidarité locale, internationale et du monde agricole, réunies au sein du réseau PAFaD (réseau rhônalpin Pour des Agricultures Familiales Durables), interpellent les candidats aux élections régionales sur la politique agricole et de coopération décentralisée qu’ils souhaitent conduire.

Nous avons interpellé quatre listes : « Nous c’est la région » (PS, PRG), « Le rassemblement »  (EELV, Parti de Gauche, Nouvelle Donne, Ensemble !, NGS), « L’humain d’abord avec la gauche républicaine et sociale » (PCF, MRC) et « Un nouveau souffle pour la région » (Les Républicains, Udi, MODEM). Trois listes ont accepté d’échanger sur nos propositions et ont exprimé leur positionnement ! Découvrez leurs réponses ici

Suite à notre interpellation, nous avons reçu le 2 décembre, les réponses à notre questionnaire de Jean-Jacques Queyranne, Président de la Région et candidat tête de liste régional pour « Nous c’est la région » . Vous pouvez découvrir ses réponses ici !